Arrivez-vous enfin à mentir à votre mère ?

 

 

Oui c’est vrai ! C’est moche dit comme ça.

 

Mentir à sa mère ! Franchement !

 

Surtout quand on n’a plus six ans.

Là, on mentait les yeux dans les yeux, les lèvres pleines de chocolat, pour dire que « Promis maman, je n’ai pas mangé le chocolat dans le placard de la cuisine de Taty Jeannette ».

Pas génial, car preuves évidentes.

 

Même si on n’a plus quinze ans.

Là, on mentait le regard un peu fuyant, et surtout l’haleine retenue, pour dire « Je ne comprends pas maman, je n’ai pas fumé ; c’est encore les copains qui me polluent les vêtements avec leurs cigarettes ; j’ai même l’impression d’avoir le goût dans la bouche ».

Un peu nul, vue l’haleine de chacal.

 

Encore moins vingt ans.

« Je t’assure que je ne comprends pas pourquoi la voiture est accidentée. Je ne l’ai pas touchée ; ça a du arriver en ville quand tu étais garée »

Pas très glorieux. Mais, si on veut emprunter la voiture samedi soir, faut pas se griller avant.

 

Et pas mieux à 35 ans.

« Allo, maman, on va pas pouvoir venir déjeuner dimanche ; j’ai mon patron qui me demande d’assister à une manifestation pour l’entreprise avec ma femme ; tu nous excuses hein ? Par contre, si tu pouvais garder les enfants dès samedi soir, ce serait génial. »

Bon là, franchement, c’est carrément la grosse mauvaise foi. Tout ça parce que vos meilleurs potes organisent une fête surprise autour de leur piscine.

 

Donc, on n’en est plus là.

 

Moi, si je vous pose la question de savoir si MAINTENANT vous arrivez à mentir à votre mère, c’est parce que c’est un bon signe.

Un très bon signe même que vous avez avancez vers des changements positifs.

 

Alors de quoi, on parle, là ?

 

On ne parle pas du mensonge mesquin, fuyant, coupable.

NON !

Là on parle du bon mensonge.

Oui, cela existe !

 

C’est le mensonge qui ne vous apporte rien à vous.

 

C’est le mensonge qui intervient de façon nouvelle dans votre vie.

Le mensonge qui révèle, à vous, à personne d’autre, que vous allez mieux.

Que vous avez, enfin, pris votre vie en mains pour le meilleur de votre existence. C’est-à-dire le meilleur qui va venir, maintenant que vous avez des émotions saines et bénéfiques à vous, et aux autres également.

 

Allez, je vous explique ce que j’entends par mentir à sa mère.

 

Vous allez comprendre facilement, surtout, depuis que vous avez appliqué la méthode des changements positifs à travers mes articles, vidéos, formations, coaching ou après avoir lu mon guide en vous inscrivant à la newsletter.

OK, OK, j’en rajoute une couche.

Bon, j’arrête !

 

Imaginez avec moi la situation.

 

Vous avez fait le point sur votre vie.

Ensuite, vous avez décidé de changer ce qui n’allait pas. Et donc, de réveiller ce que vous êtes vraiment pour vivre la vie qui vous ressemble.

 

Et bien, cela signifie que vous avez fait LA PAIX.

 

La paix avec vous, votre passé, votre inachevé, et avec votre mère. Ou en tous cas, une forme d’apaisement.

 

Vous avez réalisé que tout ce qui fait partie de votre vie, fait partie de la personne que vous êtes maintenant.

Vous avez réalisé que celui que vous êtes est UN CHOIX QUI VOUS REVIENT, à vous.

Et vous avez choisi de « vivre la vie qui vous ressemble ».

 

Alors, puisque vous êtes sur la bonne voie, celle de vivre la vie qui vous rend heureux, vous vous adressez aux autres avec générosité, sans amertume, sans rancune. Car tout ce qui vous est arrivé de bien ou de moins bien dans votre vie, vous en êtes responsable.

 

 

Alors, avoir sa mère au téléphone, qui, sur la fin de sa vie, se pose des questions sur ce qu’elle vous a apporté, sur l’impact de sa présence dans vos choix et dans vos fortunes et infortunes, c’est une opportunité à NE PAS LOUPER.

 

Car, c’est le signe d’une personne, votre mère, qui sait qu’elle a fait ce qu’elle a pu, à l’instinct, peut-être en puisant dans toutes ses ressources culturelles, intellectuelles, physiques et émotionnelles pour vous élever du mieux possible. Elle sait également que la distance existe entre vous deux, mais que c’est sans doute un bien pour vous.

 

Alors, qu’allez-vous lui dire ?

Qu’allez-vous répondre à ses inquiétudes de mère ?

 

Et bien, même si ce n’est pas la stricte vérité (qui a la vérité ???), vous allez lui montrer et vous montrer à vous que vous êtes en paix avec votre vie.

Et pour cela, vous allez, lui dire à quel point:

« Vous la remerciez pour sa personnalité motivante qui vous a toujours poussé à réaliser et à oser chercher vos limites et vos forces insoupçonnées. »

 

Oui, je sais. Ce n’est qu’en partie vrai.

Mais, vous voulez lui dire quoi ?

 

Que vous pensez qu’elle vous oppressait et parfois vous opprimait ?

Quels mots vous viennent ?

Tyrannique ? Caractérielle ? Hyperactive ? Brutale ?

 

Pourquoi lui dire ?

 

Elle a commis des erreurs ?

Vos erreurs ne sont pas moins graves ?

 

Elles étaient liées à son contexte de vie peut-être difficile ?

 

Vous savez ce que c’est.

Elle se battait comme une femme..forte,  mais à une époque où les femmes n’avaient pas la place qu’elles auraient dû avoir.

 

Alors, dîtes-vous :

« Je suis content de ma vie et surtout de ce qu’elle est devenue depuis quelques temps.

Dites-vous : « Je me sens en paix et je n’en veux à plus personne de ce que j’ai souffert. »

 

C’est une forme de pardon à soi et aux autres ; qui fait un bien fou.

 

Alors oui, je préfère vous dire de mentir à votre mère.

A très bientôt.

Et pour en parler contactez-moi ICI.

Et pour continuer à suivre les contenus du blog pour vivre la vie qui vous ressemble, abonnez-vous en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Abonnez-vous à la Newsletter ICI

C’était Didier

Petite confidence…positive :

« J’ai menti à ma mère »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Content de ce site ? Merci de le partager :)