“La vie selon Jens, un de mes abonnés

Jens, prénom hors du commun, comme la personne elle-même.

Cela fait un moment que j’ai envie de vous parler de Jens.

D’abord de notre rencontre. Quel heureux hasard ! ??

Puis de ce qu’il m’a dit plus tard au téléphone et qui m’a donné à réfléchir.

Bon, allez, on en parle.

Une rencontre fortuite

C’était il y a un an environ.

Un impératif personnel m’oblige à prendre l’avion pour un déplacement de Nantes à Marseille décidé trois jours auparavant. Juste une journée sur place, donc départ le matin et retour le soir.

De bonne heure, embarquement rapide sans bagages et place attribuée à la réservation sur Internet.

L’avion est bondé.

Je vise ma place dans la rangée de droite en rentrant dans l’avion, et je m’installe côté hublot.

Un sourire à mon voisin assis à ma droite donc. Décollage, et altitude de vol.

Tout le monde se détend, et rapidement le service de vol apporte une boisson chaude.

collation avion

Ok, ça ne fait pas rêver !

J’installe ma tablette, mon voisin aussi. Et là, début d’une conversation improvisée sur un sujet dont je n’ai pas le souvenir.

Très vite la discussion devient très intéressante et j’ai plaisir à écouter mon voisin.

Un job étonnant ; il est consultant pour des enseignes de salons de coiffure partout en France.

Son job le passionne.

Il évoque avec un sincère intérêt ce qu’il partage avec les salons qui ont vraiment la volonté de changer pour devenir plus performants.

Son engagement est porté sur l’humain car il croit que l’homme a tout en lui à condition qu’il le veuille.

Il a quarante ans, une vie qui a l’air riche.

Et notre conversation devenue très amicale nous fait oublier le voyage qui ne dure qu’un instant.

De mon côté, je me suis présenté en tant que promoteur immobilier (puisque c’est le cas) en déplacement pour régler une affaire privée.

On se retrouve connecté facilement l’un à l’autre et sans gêne pour parler de nos vies.

On arrive à Marseille.

Marseille

Un clin d’oeil à ma ville d’origine, Marseille

Et on se dit à ce soir pour le vol du retour.

Il s’appelle Jens.

Un retour très amical

Après une journée un peu chargée personnellement de mon côté, et en rendez-vous professionnel pour lui, nous nous retrouvons à l’aéroport où nous prenons un verre en attendant l’embarquement.

On échange sur nos journées. Il a une vraie aptitude à mettre à l’aise et à être en lien. On sent sa générosité.

C’est quelqu’un qui a un vécu riche et qui est en questionnement.

Et il s’intéresse aux autres.

Cela nous fait beaucoup de points communs.

On embarque et là, l’avion est bien moins rempli, donc, nous nous asseyons à côté l’un de l’autre pour le vol de retour sur Nantes.

Pendant le voyage retour, nos discussions s’enrichissent.

Nous parlons de l’humain, de la recherche du mieux vivre pour soi et avec les autres. Je ne rentrerai pas dans le détail car sa vie lui appartient et lui seul peut en parler librement.

Mais, la communication étant tellement amicale et honnête que par transparence réciproque, je lui parle de ce que ma vie est en train de devenir.

Et je lui livre mon projet en cours, celui de la création du blog, d’y réaliser des interviews (la première étant déjà faite  mais pas encore proposée sur le site ou sur Youtube), de créer des contenus sur mon expérience de vie récente ; crise de la quarantaine (cinquantaine), divorce, et ma transformation en cours vers le meilleur de moi-même et une vie qui me ressemble enfin vraiment.

Et de tous les challenges que je dois relever.

Lui me parle aussi des siens, de challenges ; ceux du passé et ceux qui se présentent aujourd’hui.

Je trouve qu’il a une grande maturité face aux difficultés de la vie et à la façon de les aborder.

Il me dira même à un moment une vérité sur moi qui m’a sidéré tant elle était masquée pour moi, à savoir que j’avais une réelle aptitude à comprendre les problèmes des autres et à trouver des voies ou des solutions… mais que j’avais plus de mal à me distancier de certains de mes propres problèmes personnels.

Surtout que je lui avais fait part du problème personnel de la journée qui s’avérait difficile à gérer.

Donc, il n’avait pas tort. Il fallait que j’améliore la prise de recul face à certaines de mes propres difficultés.

Mon chemin était par contre bien tracé vers cette nouvelle version de moi-même.

Et depuis, j’ai heureusement beaucoup avancé personnellement.

On se quitte, on échange nos numéros, et je lui promets de lui envoyer par sms les noms de quelques livres que je considère importants pour le changement de vie.

Franchement, une rencontre enrichissante et une journée qui est comme une récompense à mon engagement de changer ma vie en mieux et d’aider les autres à changer la leur.

Nantes éléphants

Un clin d’oeil à ma ville d’adoption, Nantes

Un appel inattendu

Quelques jours après, je lui envoyais ma petite liste de livres intéressants (ils sont déjà ou seront bientôt dans la rubrique « Des livres à vivre » du blog).

Et je recevais un petit sms de remerciement.

Peu de temps se déroule et je lui envoie en début d’année 2015, l’adresse de mon blog www.changementspositifs.fr pour lui dire que j’avançais dans ce projet. Et qu’il pouvait en voir la première version et en lire les premiers contenus.

Quelle ne fut ma surprise lorsque le samedi suivant, je recevais un appel de Jens !

J’en étais très heureux franchement car notre rencontre avait représenté un moment très agréable.

Il me félicitait pour mon blog et les premiers articles et vidéos publiés.

Et il m’annonçait qu’il était devenu abonné à la Newsletter.

Donc, un de mes premiers abonnés !

On est toujours content d’avoir des encouragements quand on se lance dans une aventure, et encore plus dans un changement de vie qui implique le partage.

C’est un moteur essentiel parce qu’en général on rencontre plus de discours défaitistes et déprimants.

Est-ce une particularité française ? Possible. Car lors de mes voyages à l’étranger, j’ai senti bien plus d’énergie à encourager ceux qui tentaient de lancer une entreprise, une activité, un challenge personnel ou professionnel. Moi, je n’ai entendu quasiment que des avis négatifs, décourageants, critiques et parfois ironiques.

Mais, j’ai toujours suivi mon idée après avoir amélioré ma connaissance dans divers environnements et travaillé sur mes potentiels.

Et cela m’a permis de faire des courses de moto, d’étudier, de lancer des entreprises avec succès (mais parfois moins).

Mais en tout cas, j’ai avancé, testé, appris et surtout, surtout j’ai évolué vers une meilleure connaissance de moi. Ce qui est déjà beaucoup. Et même essentiel.

Voilà pourquoi je vous encourage à comprendre vos potentiels et à les utiliser.

Bien sûr, il ne faut pas oublier de le faire autour de vos envies profondes pour avancer vers la vie qui vous ressemble.

Une phrase qui raisonne en moi

Et donc, nous discutons au téléphone ;

Jens trouve les contenus intéressants et me donne son avis en rapport avec sa propre démarche de vie.

Son lien aux autres, son engagement au monde professionnel, ses apprentissages essentiels, ce qui le fait vibrer à quarante ans.

Et une forme de sagesse en cours qui lui permet d’apprécier la vie telle qu’elle est.

De ne pas trop contrôler, de ne pas trop projeter.

On est sur la même longueur d’ondes, c’est clair.

Et juste avant de me laisser, c’est là qu’il lance cette phrase : « Il faut laisser à la vie sa liberté de se réaliser »

Oui, c’est ça, c’est exactement ça.

Vouloir contrôler est un impératif imposé par le monde, les autres, ou par nos propres névroses, ou notre DIP (dépression infantile précoce, voir interview de Moussa Nabati sur « Le bonheur d’être soi »).

On court après le demain, ou même l’après-demain, sans profiter de maintenant.

Le chemin n’est pas tracé, il peut évoluer de diverses façons si on lui permet de le faire.

Se fixer des buts, oui ; mais s’en détacher assez pour ne pas être soumis à eux.

Et se délivrer de toujours trouver une solution ; et accepter que parfois cela soit impossible.

Accepter que peut-être de nouvelles voies existent et qu’il faut juste un tout petit peu de courage, de confiance en soi, d’envie de mieux être pour les emprunter.

Et cela nous amènera à découvrir une autre version de notre vie.

Une version de notre vie plus en adéquation avec qui nous sommes vraiment.

Il faut sortir du carcan du total contrôle pour que notre vision de la vie soit plus large et que la vie nous fasse de nouvelles propositions qui nous rendront plus heureux.

Voilà, c’est juste ce petit message que je souhaitais partager avec vous.

Et merci Jens. Une belle vie à toi.

A bientôt.

C’était Didier.

Si vous voulez échanger avec moi, n’hésitez pas à me contacter ICI.

Et faîtes comme Jens, abonnez-vous.

Abonnez-vous à la Newsletter ICI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Content de ce site ? Merci de le partager :)