N°32 : Quand ton bras s’allonge parce que tu l’as au poignet

VERSION PODCAST ICI (voix)

Alors, je n’ai vraiment pas envie de me lancer dans une polémique sur un sujet qui a tant fait dire et écrire.

Et la meilleure façon dont il a été résumé, ce sujet, c’est par Frédéric Lenoir à la fin de son livre « Petit traité de vie intérieure », livre sur lequel j’avais fait un petit commentaire à voir sur mon site ou sur YouTube.

Non, c’est juste que je me suis retrouvé au centre d’une discussion sur la montre à avoir si on a réussi.

Au fait, bonjour, c’est Didier de changementspositifs.fr le site de la crise de la quarantaine pour vivre la vie qui vous ressemble.

Donc, la question est double en fait.

A-t-on réussi quand on a une montre de luxe au poignet ?

Ou bien est-ce qu’on doit avoir une telle montre à son poignet quand on a réussi ?

En ce qui me concerne, on va régler vite le problème ; je n’ai pas de montre.

Mes raisons sont multiples.

Une cassure du bras étant enfant qui me gêne pour porter des montres.

En tant que motard, je n’ai pas de place entre le blouson et les gants ; et en cas de chute, il faut mieux ne rien avoir au poignet.

Autre raison, on m’a volé ma dernière montre et je n’en ai jamais racheté.

Et puis, pour regarder l’heure, mon smartphone convient très bien. Et dans ma voiture, j’ai une horloge.

Donc, des raisons pratiques pour ne pas avoir de montre.

Après, il y a aussi le fait que depuis ma crise de vie et mon changement de mode de vie et de principes de vie, je me passe facilement de signes extérieurs de réussite ou de richesse.

Soyons clair, je ne suis pas opposé au fait de posséder et d’avoir du confort.

Il est normal de gagner sa vie et de la gagner bien, si cela ne vous coûte pas votre liberté d’être vous-même.

Et je comprends que selon le milieu, il y ait des signes de reconnaissance communs.

Les vêtements, la voiture, le quartier, la maison, l’école des enfants, les vacances, et la liste peut être plus longue.

Tout ceci est normal.

On a les codes de son milieu socio-culturel ; c’est normal.

Cependant, quand vous en avez fait le tour de ces codes, et bien vous en venez à l’essentiel, à ce qui construit une vie heureuse.

Et posséder n’est pas le moyen d’être heureux et épanoui.

Cela peut faciliter la vie, j’en conviens ; mais sans donner du sens à votre vie, vous ne serez pas heureux vraiment.

Vous ne vous sentirez pas apaisé, détaché de votre apparence et du regard des autres.

Vous resterez impacté par celui-ci.

Et votre vie tournera autour de ce que les autres veulent que vous soyez.

A quoi faire une crise existentielle si c’est pour ne pas intégrer cette situation.

Quelles valeurs portent les objets que vous affichez ?

C’est une question qui doit vous amener à vous détacher des objets et de ce qu’ils représentent à vos yeux et à ceux des autres.

Oui pour une belle montre, si elle se justifie au niveau de vos relations professionnelles et que vous ne vous êtes pas privé pour l’acheter.

Non, si elle signifie que votre vie se résume à une montre.

Non, si vous vous endettez pour elle.

Non, si vous pensez être reconnu grâce à elle.

Non, si c’est une compensation de blessures anciennes.

C’est encore plus étonnant lorsque ce sont les enfants adolescents qui sont tout heureux d’exhiber une montre qui vaut six mois de SMIC au moins. Quelles valeurs vont les construire ? Qu’ont-ils accompli pour en posséder une ?

Oui, oui, je vous assure ça existe !

Une vie qui vous épanouit, c’est une vie où on est ouvert sur la connaissance de soi, et le lien avec les autres.

C’est une vie dans laquelle on n’est pas enfermé dans des clichés qui sont autant de prisons.

Soyez libre d’être et pas prisonnier de posséder.

Ce que vous possédez ou voulez posséder doit être un outil, pour vous permettre d’arriver à devenir la meilleure version de vous-même et non un prisonnier des biens matériels.

Assumez d’être une personne unique plutôt que de ressembler aux autres

Assumer d’être, plutôt que de mimer les autres.

Le sens de la vie c’est d’être libre et indépendant.

La liberté c’est d’être soi, de vivre en fonction de vos envies, de vos valeurs, de ce qui vous ressemble.

Alors envoyez les bons messages à vous, à vos proches et aux autres.

Et séparez bien vos statuts entre la vie publique et professionnelle et la vie privée et personnelle.

Et si vous avez besoin d’un coup de main, pour avancer plus vite et mieux, n’hésitez-pas à me contacter pour un accompagnement personnalisé.

C’était Didier, votre partenaire vers le meilleur de vous-même.

Vivez bien votre vie…à vous.

Et je vous dis à bientôt.

Pour un accompagnement personnalisé sur Skype vers la meilleure version de vous-même, premier entretien de contact gratuit ICI.

Pour suivre mes tweets quotidiens gratuits de transformation de vie, c’est ICI.

N’hésitez-pas à partager ce mail avec ceux à qui il ferait du bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.